14 Décembre 2017
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2017

La mort des réseaux terroristes: l’exemple de la Fraction armée rouge

par Maurice Cusson

Résumé
Pourquoi et comment les réseaux terroristes meurent-ils? Nous répondrons à cette question par l’exemple de la Fraction armée rouge. L’histoire est racontée en trois épisodes. Durant le premier, entre 1968 à 1972, l’équipe Baader-Meinhof attaque, ce qui provoque un développement du contre-terrorisme et l’arrestation des principales figures du mouvement. Deuxième étape, de 1973 à 1979, une nouvelle équipe de terroristes prend la relève, commet plusieurs assassinats cependant qu’en prison, les terroristes de la première génération meurent: tués ou assassinés. Troisième étape, entre 1980 à 1993, dix assassinats sont dénombrés et puis, progressivement, les terroristes s’essoufflent et abandonnent le combat.
Nous montrons ensuite que le terrorisme et l’antiterrorisme sont emportés par des mouvements cycliques au cours desquels se succèdent des périodes d’opérations terroristes violentes qui obligent les services de police et de renseignement à réagir et à devenir efficaces. Ensuite, durant de nombreuses années aucun attentat ne sera signalé. Ce qui conduira l’antiterrorisme à s’assoupir.

Summary
The case of the Red Army Fraction is used to answer the question: Why and how do terrorist networks die? The story is told in three episodes. During the first, between 1968 and 1972, the Baader-Meinhof team attacked, which led to the development of counterterrorism and the arrest of the main figures of the movement. Second stage, from 1973 to 1979, a new generation of terrorists took over, and committed several murders. During this period, while in prison, most terrorists of the first generation died: killed or murdered. Third stage, between 1980 and 1993, the RAF committed ten assassinations and then the terrorists give up the fight.
The article ends with a general comment. Terrorism and counterterrorism are driven by cyclical movements in which intense periods of terrorist operations are followed by a mobilization of the police and intelligence services to react. Then, for many years no attack will be reported. This will lead the anti-terrorism to fade.


21 Décembre 2018

La lutte contre la cybercriminalité au Maroc: Quelle efficacité?

La montée de la cybercriminalité est devenue l'une des difficultés émergentes d'un monde plus intégré sur le plan technologique. Comme il devient plus facile d'accéder à Internet, les risques de cybercriminalité augmentent. La cybercriminalité est une forme d'activité malveillante qui utilise l'Internet et l'infrastructure informatique à des fins de vol et d'autres activités néfastes. Cela est souvent accompli par l'introduction de logiciels malveillants ou de logiciels malveillants dans un système. La cybercriminalité n'est pas nécessairement motivée par un gain financier, mais peut être un objectif plus insidieux qui peut inclure le vol d'informations sensibles, perturber l'infrastructure informatique de la victime, infliger des dommages à la réputation de la victime, etc. Et pour combattre ce fléau, il est devenu nécessaire pour le législateur marocain d'adopter des systèmes et appliquer des méthodes de protection des victimes : Ce qui sera l'objet de mon article.
21 Décembre 2018

Enfants victimes/Enfants témoins – Impacts de la violence intrafamiliale sur la construction identitaire et sur les comportements relationnels

Les enfants sont régulièrement victimes ou témoins de violences dans la sphère intrafamiliale. Les systèmes familiaux peuvent être difficiles à appréhender et une attention particulière doit être portée sur les impacts de ces violences au niveau du développement de l’enfant et la construction de son identité. La dynamique violente du système familial influence également chez l’enfant les images parentales, les interactions envers les pairs, l’attachement et l’éventualité du recours à la violence comme mode de résolution de conflit.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch