29 Juin 2017
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 02/2017

Trajectoire différentielle de l’abandon scolaire, trajectoires sociales et déviances chez des adolescents

Opadou KOUDOU, Edwige Marina Ghislaine Kouamé N’GUESSAN et Michel GBAGBO

Résumé
Cette étude poursuit deux objectifs:
• Analyser le lien entre les motivations et l’abandon scolaire.
• Déterminer la relation entre les déficits psychosociaux et les déviances après abandon scolaire.

Trois théories supportent l’étude: théorie de la concurrence cognitive (Baddeley et Hitch); théorie de la régulation sociale et personnelle de la délinquance (Leblanc); théorie de la conduite antisociale (Akers). 172 adolescents de 12 à 15 ans ayant abandonné l’école ont participé à l’enquête dans la commune d’Abobo (Abidjan-Côte d’Ivoire). L’entretien à l’échelle individuelle ou groupale a été utilisé pour obtenir les résultats suivants: plusieurs trajectoires conduisent à l’abandon scolaire; des comportements sociaux (pro sociaux/dyssociaux) précèdent l’abandon; liaison entre abandon scolaire et trajectoire problématique; cinq variables établissent le lien entre abandon scolaire et déviance: oisiveté, déficit cognitif, faible attachement aux parents; faible contrôle parental; fort attachement aux pairs de la rue.

Summary
This study has two objectives:
• To analyze the link between motivation and school dropout.
• To determine the relationship between psychosocial deficits and deviations after school dropout.

Three theories support study: theory of cognitive competition (Baddeley and Hitch); Theory of the social and personal regulation of delinquency (Leblanc); Theory of antisocial behavior (Akers). 172 adolescents aged 12 to 15 who had dropped out of school participated in the survey in the commune of Abobo (Abidjan-Côte d’Ivoire). Individual or group interviews were used to obtain the following results: several trajectories lead to school drop-out; Social behaviors (pro social / dyssocials) precede abandonment; Link between dropout and problematic trajectory; Five variables relate school dropout to deviance: idleness, cognitive deficit, low attachment to parents; Low parental control; Strong attachment to street peers.


29 Juin 2017

En milieu ouvert, comment surveiller et punir les criminels violents?

Les criminels violents peuvent-ils être supervisés dans la communauté sans danger? Ils sont moins dangereux qu’on ne le croit. Les proportions de récidives violentes de sous-groupes de criminels violents sont très variables: aussi basses que 10 % pour le meilleur groupe et près de 70 % dans la catégorie la pire. Les criminels violents ne sont donc pas tous irrécupérables. Les individus qui présentent un faible risque peuvent être identifiés, car la récidive est influencée par des facteurs de risque bien connus: antécédents criminels, psychopathie, fréquentations, instabilité au travail, statut marital, etc. Le désistement du crime est loin d’être un phénomène marginal. Il s’explique par le retour à une vie familiale et professionnelle propice au respect de la loi, par l’âge et aussi par une décision revendiquée par le délinquant de se ranger. En probation, en libération conditionnelle, sous contrainte pénale, peut-on réunir les conditions favorables au désistement? Pour le moment, ces mesures de milieu ouvert ne réussissent pas mieux que la prison à éteindre la récidive. Ce constat a conduit des criminologues à rechercher d’autres solutions. Les projets HOPE et SAC consistent à sanctionner les probationnaires par des peines certaines, proportionnées et rapides. Ces programmes produisent des résultats inégaux. Autre piste de solution: la surveillance électronique. Les évaluations de cette technologie nous apprennent que celle-ci réussit à inciter les délinquants en probation et en libération conditionnelle à bien se conduire. Cependant, bien que complémentaires, les programmes utilisant le bracelet électronique sont rarement combinés à un régime de sanctions systématiques. Ces considérations nous conduisent à proposer un dispositif conçu pour surveiller et sanctionner les délinquants violents placés en milieu ouvert. Une solution qui s’appuie sur les connaissances sur la dynamique du désistement, sur les évaluations du bracelet électronique et sur les projets au cours desquels les transgresseurs étaient sanctionnés de manière probable. Le dispositif proposé combinerait la surveillance électronique, le GPS et la téléphonie mobile pour savoir en tout temps où se trouve l’individu surveillé, ce qu’il fait, et s’il respecte les conditions qu’on lui aura imposées. Le non-respect de ces conditions serait sanctionné de manière rapide, probable et modérée. Parmi les conditions de la libération, on trouverait l’assignation à résidence, la délimitation de zones interdites, l’obligation de garder un emploi ou de s’inscrire à une formation professionnelle, l’interdiction de fréquenter des délinquants avérés, etc. De cette manière, des individus ayant perpétré un crime violent dans le passé et présentant des risques modérés pourraient vivre en milieu ouvert tout en étant contrôlés de manière à ne pas menacer la sécurité des personnes.
29 Juin 2017

L’autodestruction des hommes auteurs d’un homicide conjugal

La majorité des études démontrent que l’autodestruction est fréquente chez les hommes auteurs d’un homicide conjugal (uxoricide). Toutefois, peu de recherches portent sur les enjeux psychosociaux de ces hommes auteurs d’un d’homicide-suicide. Notre étude porte spécifiquement sur les homicides conjugaux masculins suivis de comportements
autodestructeurs commis entre 2007 et 2012 au Québec. Au total, 37 cas d’homicides conjugaux masculins (dont 31 avec suicide et 6 avec tentative de suicide) ont été analysés à l’aide d’une Grille d’Analyse Multidimensionnelle de l’Homicide Conjugal. La rupture amoureuse apparaît comme un élément important de compréhension de l’uxoricidesuicide. La présence de détresse psychologique et de troubles de la personnalité constituent aussi des caractéristiques à prendre en considération afin de mieux comprendre et prévenir l’uxoricide-suicide.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch