29 Mars 2017
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2017

Les facteurs de la distribution spatiale de la criminalité à Montréal: l’importance des bars

par Elodie Demeau et Geneviève Parent

Résumé
Partant de la preuve empirique bien établit dans la littérature selon laquelle la criminalité ne serait pas distribuée aléatoirement dans l’espace et qu’elle aurait tendance à se concentrer en certains points, la présente étude a pour objet d’évaluer l’impact de différents types de générateurs et d’attracteurs de crime sur le taux de criminalité (général, violent et non violent) de 33 postes de quartier tels que définis par le service de police de la ville de Montréal (SPVM). Les résultats suggèrent que seul le nombre de bars auraient un effet criminogène. Par ailleurs, il s’avère important de considérer les caractéristiques des installations, particulièrement le nombre de places dans les bars, puisque cette caractéristique semble affecter la direction de l’effet criminogène de cette installation.

Summary
Based on the empirical evidence that criminality is not randomly distributed and that it has a tendency to concentrate in a specific spot, this study intends to assess the impact of various types of crime generators and attractors on (general, violent and non-violent) crime rates within 33 neighbourhood police stations as defined by the Montreal Police Department. Results suggest that only bars have an impact on crime rate. Furthermore, results also suggest the necessity to consider the structural characteristics, particularly the bars’ seating capacity, since this characteristic seems to affect the direction of the criminogenic effect of this structure.


29 Septembre 2017

Interpellations et contrôles policiers conflictuels: Principes tirés de la recherche psychosociale pour la formation des policiers

La situation d’interpellation ou de contrôle effectué par la police met en jeu différents facteurs pouvant générer une escalade conflictuelle. Si le policier n’est pas à même de contrôler l’ensemble des facteurs en jeu, la connaissance de ces facteurs combinée à la maîtrise d’outils de communication et de gestion des émotions augmente significativement les chances que l’interaction puisse se passer sans devoir user de moyens de contrainte.
Tirés de recherches sur le terrain et de théories du domaine de la psychologie sociale, cet article présente les principes enseignés sur le sujet dans les écoles d’aspirants de police en Suisse romande.
L’article débute avec les notions d’attaque identitaire et de réactance psychologique lors de la confrontation à l’autorité. L’explication de ces phénomènes psychosociaux constitue la base théorique qui permet au policier de comprendre l’intérêt d’adopter une attitude déférente et d’éviter d’apparaitre autoritaire. L’importance de la préparation mentale et de la manière d’entrer en contact sont abordées. Comment établir un rapport suffisant pour pouvoir exercer une influence sur la personne? Comment désescalader face à une personne agressive ou/et en colère? Face au refus d’obtempérer, à partir de quand le policier doit-il faire usage de ses moyens de contrainte? Les meilleures techniques de communication devenant difficiles à utiliser sous l’emprise de la colère, l’article termine avec les principales techniques d’autorégulation mentales enseignées aux aspirants de police.
29 Septembre 2017

Femmes et frotteurisme dans les autobus à Abidjan

L‘objectif de cette recherche est de comprendre les motivations des agresseurs sexuels en public dans un contexte interculturel. Le modèle sociocognitif de Pahlavan sur la violence est discuté. La méthode d’analyse est qualitative de type phénoménologique et vise à proposer une typologie des modalités de ces formes d’agression sexuelle et des agresseurs. Les résultats amènent à distinguer trois principales modalités d’agression (frotteurisme, frôlements et attouchements), deux types d’agresseurs (d’habitude et d’occasion) et deux facteurs causaux: physiques et situationnels et psychosociaux.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch