29 Mars 2017
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2017

Les facteurs de la distribution spatiale de la criminalité à Montréal: l’importance des bars

par Elodie Demeau et Geneviève Parent

Résumé
Partant de la preuve empirique bien établit dans la littérature selon laquelle la criminalité ne serait pas distribuée aléatoirement dans l’espace et qu’elle aurait tendance à se concentrer en certains points, la présente étude a pour objet d’évaluer l’impact de différents types de générateurs et d’attracteurs de crime sur le taux de criminalité (général, violent et non violent) de 33 postes de quartier tels que définis par le service de police de la ville de Montréal (SPVM). Les résultats suggèrent que seul le nombre de bars auraient un effet criminogène. Par ailleurs, il s’avère important de considérer les caractéristiques des installations, particulièrement le nombre de places dans les bars, puisque cette caractéristique semble affecter la direction de l’effet criminogène de cette installation.

Summary
Based on the empirical evidence that criminality is not randomly distributed and that it has a tendency to concentrate in a specific spot, this study intends to assess the impact of various types of crime generators and attractors on (general, violent and non-violent) crime rates within 33 neighbourhood police stations as defined by the Montreal Police Department. Results suggest that only bars have an impact on crime rate. Furthermore, results also suggest the necessity to consider the structural characteristics, particularly the bars’ seating capacity, since this characteristic seems to affect the direction of the criminogenic effect of this structure.


29 Juin 2018

Abus sexuels des personnes en situation de handicap mental en Côte d’Ivoire

Cette étude sur les abus sexuels des personnes victimes de déficience mentale congénitale ou acquise en Côte d’Ivoire est fondée sur une enquête de terrain. Elle est menée auprès de 203 individus choisis à l’aide de la méthode non probabiliste et par choix raisonné. Le recueil des informations sur le terrain s’est fait au moyen d’un entretien clinique. L’analyse qualitative des discours des enquêtés a abouti à un triple résultat: D’abord, l’attouchement sexuel, le viol, la sodomie et la pédophilie constituent les formes d’abus sexuels dont sont victimes les personnes handicapées mentales. Ensuite, les auteurs de ces actes proviennent de toutes les couches socioprofessionnelles et poursuivent deux mobiles essentiels: pratiques occultes et simples satisfactions de la libido. Enfin, le milieu familial et la rue (notamment la nuit) constituent des facteurs situationnels de risque pour ces personnes victimes d’abus sexuels.
29 Juin 2018

L’enquête criminelle en matière d’homicide sexuel: Succès et échecs à travers 26 cas

Comment se déroule une enquête qui parvient à élucider rapidement un homicide sexuel? Quelles sont les caractéristiques de l’enquête qui s’éternise? Quels sont les facteurs sous le contrôle des enquêteurs qui contribuent à une élucidation rapide? Telles sont les questions auxquelles cet article veut répondre. Nous racontons le déroulement d’enquêtes ciblant 10 cas d’homicide sexuel résolus rapidement et 16 cas résolus beaucoup trop tard, et dans quelques cas, qui ont permis à un meurtrier de devenir un meurtrier en série. Ces narrations sont regroupées en quatre sections: I) Cas d’élucidations rapides grâce à des enquêteurs performants. II) Homicides résolus rapidement grâce à la collaboration de témoin ou des aveux spontanés du meurtrier. III) Homicides résolus très tardivement suite à des erreurs. IV) Cas au cours desquels des erreurs des enquêteurs ont laissé le champ libre à des meurtriers en série. La conclusion présente les conditions d’une élucidation rapide et véridique: 1) une lecture attentive de la scène de crime; 2) le prélèvement et l’exploitation des traces ADN; 3) une bonne communication entre enquêteurs, témoins et protagonistes; 4) une attention au réseau social de la victime; 5) une saine réserve vis-à-vis de l’interrogatoire; 6) une attention aux antécédents criminels variés des suspects.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch