13 Décembre 2016
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2016

Intra-démultiplexage des caméras rotatives

par Denis Perraud

Résumé
Beaucoup de systèmes de vidéoprotection utilisent des caméras rotatives pour filmer plusieurs angles à partir d’une même caméra. Ces caméras rotatives (ou PTZ (1)) effectuent un cycle de rotation prédéfini sur des zones d’intérêt. Malheureusement, soit la caméra ne fournit pas d’information sur l’angle qu’elle est en train de filmer, soit le système d’enregistrement ne stocke pas cette donnée. Par conséquent, lors de l’analyse a posteriori des séquences vidéo pour les besoins judiciaires, il n’est pas possible de connaître de façon automatique l’angle filmé par la caméra à chaque instant. Ce manque d’information empêche l’utilisation de la plupart des logiciels de traitement intelligent comme la détection de mouvement qui nécessitent un angle constant (le mouvement de la caméra entrainant, par exemple, de nombreux faux positifs). Cet article présente une méthode de séparation automatique des angles d’une caméra rotative que nous avons appelée intra-démultiplexage.

Summary
Many CCTV systems use rotating cameras to record different angles with one camera. These cameras (called PTZ or Pan Tilt Zoom) cycle on predefined area of interest. This rotation causes a change of view that is not suitable for automatic image analytics like movement detection. In most cases, the camera position is not recorded in the metadata or in the video stream. This article presents a method for automatic separation of the different angles of PTZ cameras into separate video files that we called intra-demultiplexing.


29 Mars 2017

La République Démocratique du Congo à l’épreuve du terrorisme au cœur de l’Afrique?

Cette étude est une sonnette d’alarme destinée aux dirigeants politiques de la République démocratique du Congo (ci-après RDC), pour qu’ils perçoivent la nécessité et les enjeux de la prévention et de la répression du terrorisme en RDC qui constitue un enjeu majeur dans la géostratégie et la géopolitique de la recrudescence de l’extrémisme en Afrique et dans la région menaçant la nature même de l’Etat et les populations de la région. C’est pourquoi elle devrait être la première nation à prendre des précautions de haute facture pour lutte contre ce fléau, car de sa stabilité, dépend celle de ces neuf voisins repartis sur trois régions africaines. Le danger est la dynamique de l’exportation de la menace de Shebaab somaliens qui combattent aux côtés des groupes rebelles qui sévissent de vastes régions forestières au Nord-est de la RDC, auxquels il faut ajouter la vague de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest, ex-Boko Haram, qui hante l’Afrique de l’Ouest sans épargner l’Afrique centrale. Cette dynamique menace l’Etat dans son existence effective; et le désastre pour la région et pour la RDC reste par ailleurs l’inadéquation du système congolais de prévention, de lutte et de pression de l’extrémisme violent et du terrorisme qui n’est constitué que d’un arsenal juridique globalisant et d’institutions techniques spécialisées qui ne tiennent pas compte des particularités, des enjeux et des intérêts africains et congolais en présence.
29 Mars 2017

Les secrets des mafias ouest-africaines de la cocaïne : revue de la littérature

Quelle est l’origine du phénomène des requérants d’asile d’Afrique de l’Ouest vendant de la cocaïne dans la rue ? Quelles en sont les causes ? Comment s’organise ce trafic ? Cet article lève le voile sur les secrets d’une organisation criminelle redoutablement efficace. Il propose une revue de la littérature montrant comment l’Afrique de l’Ouest est devenue une plaque tournante du trafic dès le début des années 1960, d’abord de l’héroïne, puis de marijuana et enfin de la cocaïne. Il décrit également les conditions-cadres qui ont permis aux mafias ouest-africaines de se développer et de s’imposer en tant qu’acteurs criminels incontournables du trafic de cocaïne en Europe, de même qu’il présente la structure organisationnelle adoptée par ces mafias.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch