13 Décembre 2016
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 04/2016

Intra-démultiplexage des caméras rotatives

par Denis Perraud

Résumé
Beaucoup de systèmes de vidéoprotection utilisent des caméras rotatives pour filmer plusieurs angles à partir d’une même caméra. Ces caméras rotatives (ou PTZ (1)) effectuent un cycle de rotation prédéfini sur des zones d’intérêt. Malheureusement, soit la caméra ne fournit pas d’information sur l’angle qu’elle est en train de filmer, soit le système d’enregistrement ne stocke pas cette donnée. Par conséquent, lors de l’analyse a posteriori des séquences vidéo pour les besoins judiciaires, il n’est pas possible de connaître de façon automatique l’angle filmé par la caméra à chaque instant. Ce manque d’information empêche l’utilisation de la plupart des logiciels de traitement intelligent comme la détection de mouvement qui nécessitent un angle constant (le mouvement de la caméra entrainant, par exemple, de nombreux faux positifs). Cet article présente une méthode de séparation automatique des angles d’une caméra rotative que nous avons appelée intra-démultiplexage.

Summary
Many CCTV systems use rotating cameras to record different angles with one camera. These cameras (called PTZ or Pan Tilt Zoom) cycle on predefined area of interest. This rotation causes a change of view that is not suitable for automatic image analytics like movement detection. In most cases, the camera position is not recorded in the metadata or in the video stream. This article presents a method for automatic separation of the different angles of PTZ cameras into separate video files that we called intra-demultiplexing.


30 Mars 2018

Examen des caractéristiques du dévoilement de l’agression sexuelle chez les enfants et les adolescents

Le dévoilement est un enjeu central pour l’aide aux victimes d’agression sexuelle (AS). Il est à la source de plusieurs bienfaits sur le plan psychologique et constitue un moyen privilégié afin d’obtenir un accès à des ressources d’aide adaptées. Cependant, les données sur la prévalence du dévoilement nous informent que plusieurs victimes choisissent de taire l’agression. L’objectif de cette étude est premièrement de brosser un portrait des caractéristiques du dévoilement de l’AS et deuxièmement d’examiner si les caractéristiques des victimes ou de l’agression influencent ce dévoilement. Pour ce faire, 64 transcriptions d’entrevues d’enquête de victimes âgées de 4 à 17 ans ont été codifiées. La grille de codification permet de prélever l’information sur le type de dévoilement, le receveur, les obstacles, les incitateurs, le délai et le nombre de tentatives. Les résultats des analyses statistiques descriptives effectuées à l’aide des données codifiées suggèrent que contrairement au sexe des victimes, l’âge de celles-ci est relié à certaines caractéristiques du dévoilement, notamment le choix du receveur ainsi que le type d’obstacles. Par ailleurs, la majorité des participants mentionne avoir eu à dévoiler l’agression à plus d’une personne avant que des démarches formelles soient entamées. Enfin, pour la majorité des victimes, ce sont des influences internes (émotions, cauchemars, prise de conscience) qui ont enclenché le processus de dévoilement. Les nouvelles connaissances issues de cette étude pourront être utilisées à titre de soutien théorique à la mise en place des mesures préventives visant à augmenter la prévalence du dévoilement de l’AS.
30 Mars 2018

Recourt-on de manière excessive au système pénal en Suisse ?

La présente contribution se propose de poser la question du recours excessif au droit pénal en Suisse en subdivisant le processus pénal en plusieurs phases, allant de l’éventuel recours abusif par le législateur au droit pénal pour tenter de régler des problèmes sociaux aux possibles excès d’une autorité d’exécution des peines qui miserait davantage sur la neutralisation des condamnés que sur leur resocialisation, ceci en passant par les potentiels recours excessif à la mise en accusation et/ou à l’usage de la peine privative de liberté en matière de condamnation.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch