Historique


HOTEL SECURITY WORLDWIDE
Historique 1985 – 1989
Lettre témoignage de l’Editeur
 
 
En tant qu’Editeur de La Revue POLYTECHNIQUE (fondée en 1898), de la Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique (1947) et de la Revue suisse de la sécurité et de l’environnement (1982), nous avons effectué de nombreux voyages dans le monde.
 
Une chose nous a souvent frappés, c’est le manque de sécurité dans les hôtels, salles de congrès, lieux d’exposition etc.
 
Pour en avoir le cœur net, nous avons commencé une longue et minutieuse enquête, pendant près de deux ans dans le secteur de l’industrie hôtelière.
Nous avons commencé par rencontrer d’anciens directeurs d’hôtels ayant travaillé dans des chaînes internationales. Grâce à leurs parcours dans le monde et aux postes multidisciplinaires qu’ils avaient occupés, ils pouvaient nous faire part, avec objectivité, des drames qu’ils avaient vécus et de leurs expériences portant sur de nombreuses années.
 
Nous avons également rencontré du personnel varié dans le monde hôtelier, des fournisseurs, des entreprises de sécurité, des pompiers, des autorités politiques, des architectes, etc.
Le résultat de ces investigations était inquiétant: officiellement tout est sous contrôle, mais derrière le paravent on fait le minimum en obtenant, parfois pendant des décennies, des dérogations d’applications, des délais sans cesse prolongés pour être en conformité avec les normes en vigueur.
 
Formation lacunaire du personnel de sécurité dans la plupart des hôtels, aggravée par le changement fréquent de personnel.
 
Peu ou pas de contrôle dans le changement des filtres à air des installations de climatisation, d’où risque de transmission de maladies, comme la maladie du légionnaire, par exemple.
 
Les offices du tourisme s’opposent souvent à la fermeture d’un hôtel, décidée par les pompiers, sous le prétexte de réservations de salles de congrès pour les trois ans à venir et de l’aspect négatif sur le tourisme.
 
Des problèmes d’hygiène multiples.
 
Les rideaux, les moquettes, les matelas ne sont souvent pas ignifugés.
Idem pour le matériel de décoration qui, lors du moindre incendie, va fondre, brûler et asphyxier les clients.
 
Pendant longtemps les instructions de sécurité pour les clients étaient cachées dans une armoire ou dans un tiroir. Et tout cela sous le prétexte fallacieux que le client ne devait surtout pas être inquiété.
 
Le plus haut responsable américain du feu, que nous avons rencontré, nous a conseillé de faire comme lui et de ne jamais prendre une chambre d’hôtel au-dessus du 1er étage !
 
Une heure dans un aéroport: sécurité
x heures dans un avion: maximum de sécurité
Quelques jours dans un hôtel: sécurité très approximative
 
Après avoir fait le bilan de notre enquête, nous avons décidé de créer un centre d’informations sur la sécurité pour diminuer les risques dans le secteur hôtelier et de publier un magazine d’information.
 
C’est à cette époque que nous avons pris contact avec le président et le vice-président de l’AIH (Association internationale de l’hôtellerie) pour leur faire part des observations que nous avions formulées et de notre projet de créer le magazine Hotel Security Worldwide, bilingue français-anglais, pour mieux informer et sensibiliser l’industrie hôtelière mondiale.
 
Grâce à leurs précieux conseils et à leurs relations, nous avons étudié et réalisé le concept Hotel Security Worldwide.
 
Le titre et le logo ont été déposés comme marque internationale.
 
Nous avons lancé en 1987 le magazine Hotel Security Worldwide auprès de 17'000 hôtels et centres d’affaires dans le monde occidental.
 
Le magazine est devenu l’organe officiel de l’Association internationale de l’hôtellerie (AIH).
 
Nous sommes devenus membre reconnu de l’OMT (Organisation mondiale du tourisme) à Madrid.
 
Le succès aurait dû être au rendez-vous, car nous répondions à un vrai besoin d’informations. Nous étions le seul magazine bilingue spécialisé dans le monde sur la sécurité de l’industrie hôtelière.
 
Beaucoup de spécialistes en marketing nous prédisaient le succès, car nous répondions à un réel besoin, qui n’allait qu’augmenter dans le futur.
 
Nous avons publié des quantités d’articles sur le terrorisme, le feu, le vol, etc. pendant trois ans, de 1987 à 1989.
Une sélection de ces articles figure sur notre site Internet.
La plupart sont toujours d’actualité 30 ans après leur publication dans notre magazine.
 
Résultat:
Après 3 ans d’efforts, nous avons dû arrêter la parution du magazine Hotel Security Worldwide pour les raisons suivantes:
Les directeurs d’hôtels ne transmettaient pratiquement jamais le magazine aux responsables de la sécurité, de peur qu’ils ne demandent des améliorations coûteuses.
 
Le concept de sensibilisation a affolé les directeurs d’hôtels, car la plupart des établissements ne respectaient pas les normes, d’après notre enquête. Nous avons alors rencontré en France un adjoint du Premier ministre Jacques Chirac, ancien président d’une grande compagnie d’assurances, qui nous a reçu longuement à Matignon. Après discussion, il nous a dit que si l’on appliquait les règles minimales que nous préconisons, il faudrait fermer 70 % des hôtels de Paris. «Votre idée est très bonne, mais vous êtes 20 ans trop tôt», a-t-il déclaré.
 
Nous étions donc trop en avance. C’est pourquoi nous avons dû geler Hotel Security Worldwide et ce, malgré un investissement de près d’un million de francs suisses (frais d’impression et d’expéditions, marque déposée, salaires des collaborateurs, etc.
 
L’avenir:
Aujourd’hui, les temps ont changé et grâce à Internet, il est possible, à faible coût, d’informer les responsables de la sécurité directement en permettant à chacun de s’informer via des articles et des descriptions de produits payés par l’industrie de la sécurité. Nous voulons créer une plate-forme d’informations à la disposition de tous ceux qui désirent augmenter la sécurité, des informations sur la législation, sur le terrorisme, sur la prévention antiincendie, le vol, la sécurité des cartes de crédit, etc.
 
Nous allons également créer un répertoire des fournisseurs de l’industrie de la sécurité.
 
Les hôtels ayant subi un audit sérieux effectué par des sociétés comme Bureau Veritas à Paris ou SGS à Genève pourraient figurer, moyennant paiement, sur le site Internet d’Hotel Security Worldwide. Ils auraient également le droit d’utiliser notre sigle Hotel Security Worldwide pour leurs promotions (projet à l’étude).
 
Le marché est planétaire. Le site et la marque déposée ont l’avantage d’être suisses, pays reconnu depuis des décennies comme ayant les meilleures écoles hôtelières du monde.
 
Pour réaliser tous ces projets, nous recherchons des entrepreneurs dynamiques désirant investir dans le développement de la sécurité.
 
Grâce à Internet, l’affaire pourrait être rapidement très rentable.
 
Nous envisageons également de céder les actions de notre société suisse pour le meilleur développement de la sécurité dans le monde.
 
Nous sommes ouverts également à toutes propositions positives, création d’une fondation, etc.
 
Nous attendons vos propositions pour construire un avenir plus sûr.
 
POLYMEDIA MEICHTRY SA
Marcel Meichtry
 
 
Pour traiter, prendre contact avec:
Etude Nanchen Avocats
A l'attention de Me Henri Nanchen
14, boulevard des Philosophes
1205 Genève / Suisse
 
nanchen@hnavocats.ch
 
 

P.S.
Nous tenons à remercier particulièrement tous ceux qui nous ont aidés à concevoir le projet Hotel Security Worldwide.
M. Peter Balas, ancien directeur de la chaîne Intercontinental, ancien président de l’Association internationale de l’hôtellerie (AIH)
M. Jean-Claude Bonvin, ancien vice-président de l’AIH, ancien directeur de l’Hôtel du Golf à Crans-Montana
M. Jean Gillet, président de l’Institut de Conciergerie Internationale (ICI) à Paris, Clef d’Or.
L’Association internationale de l’hôtellerie (AIH)
L’Ecole hôtelière de Lausanne
L’Ecole hôtelière de Glion
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch