19 Octobre 2016  |  Sécurité
Publié dans Hotel Security Worldwide 03/1988

Sécurité accrue au Grand Hôtel de Paris

by Pascal Zähner

Monsieur Frank Mielert, diplômé de l'Ecole Hôtelière de Lausanne, est entré en 1968 dans le groupe Inter-continental. En 1979, il fut nommé Directeur général de l'hôtel inter-continental de Téhéran et en 1980 participa à l'ouverture de l'Intercontinental d'Abu Dhabi avant de revenir en Europe en tant que Directeur de l'Inter-continental de Londres. Depuis 1983, il est Directeur général du Grand Hôtel de Paris.
Monsieur Norbert Samama a travaillé pendant 7 ans en qualité de Directeur technique pour la chaîne Sheraton. il a participé à l'ouverture des hôtels de Sheraton de Paris en 1974 et de Libreville en 1977. En 1978, il est entré dans le groupe Inter-continental et est aujourd'hui Directeur technique du Grand Hôtel.

Inauguré le 14 juillet 1862, le Grand Hôtel est à l'époque une des réalisations les plus prestigieuses de Paris. Symbole du renouvellement de l'urbanisme du XlXe siècle, il est rattaché à deux grands noms de l'Histoire: Napoléon III, qui voulait faire de Paris une capitale moderne, et le préfet de la Seine, le baron Haussmann, qui fut l'artisan du remodelage de la capitale.
Après une période faste, les événements de la Commune créent des difficultés d'exploitation, la Grande Guerre transforme l'hôtel en hôpital, le conflit de 1940 et l'occupation allemande en font un hôtel de résidence. Aujourd'hui, il a retrouvé sa place parmi les établissements soucieux de suivre l'évolution de leur temps dans le respect de la grande tradition hôtelière.
 
Rénovations pour 40 millions de dollars
Racheté en 1982 par la chaîne Inter-continental, un programme de rénovations est entrepris dès 1984 sous la direction de Monsieur Mielert et de Monsieur Samama. Estimé à 40 millions de dollars et divisé en trois phases, il se termine au printemps de cette année. Les 515 chambres de l'hôtel ont toutes été redécorées, dotées d'air conditionné et insonorisées. Alors qu'avant la rénovation les installations de sécurité n'étaient pas conformes à la législation en vigueur en France, les 10% du budget consacrés à la sécurité ont permis de satisfaire aux exigences les plus strictes.
«En matière de sécurité,» dit Monsieur Mielert «la chaîne Inter-continental est à l'avant-garde. Elle a établi ses propres normes et les révise régulièrement. Même lorsque les normes légales sont en dessous des nôtres, nous appliquons celles de la chaîne. »
Une des préoccupations majeures de Monsieur Mielert est la sécurité incendie. A cet égard, une multitude de mesures ont été prises au Grand Hôtel dans le souci d'assurer une sécurité aussi parfaite que possible. L'incendie provoqué il y a quelques années par une hotte d'aspiration, heureusement sans conséquences graves, a fait comprendre aux responsables que les incidents, «ça n'arrive pas qu'aux autres».
 
 
Equipement mis à jour
Aujourd'hui, chaque chambre est équipée d'un détecteur d'incendie ionique et d'un détecteur visuel et sonore externe. Les cinq étages, de 120 chambres chacun, sont découpés en 15 compartiments anti-feu ventilés séparément et munis d'un détecteur incendie, d'une sirène, d'un brise-glace et d'une porte coupe-feu. En outre, chaque étage dispose de à lances incendie, d'un chariot d'intervention et d'un extincteur tous les 10 mètres. Enfin, l'hôtel dispose de 8 escaliers de secours, accessibles de tous les étages. «Nous avons encore pour projet d'équiper chaque chambre d'un haut-parleur pour faire passer l'information,» dit Monsieur Samama, «ainsi notre système de sécurité sera complet.»
L'ensemble est contrôlé à partir d'un synoptique central dédoublé (sous-sol et standard), d'un système de contrôle vidéo de 17 caméras et de bips, dont 20 personnes sont équipées en permanence, qui indiquent instantanément par visualisation le numéro de la chambre dans laquelle le feu s'est déclaré.
Au total pas moins de 30 personnes travaillent pour le service technique et assurent en permanence la sécurité de l'hôtel. « Récemment nous avons eu un petit incident dans la chambre 1621, » dit Monsieur Samama, «la moquette, ainsi que le lit et les draps ont pris feu. Avec nos nouveaux systèmes, en moins d'une minute ['incendie était maîtrisé.»
 
Des points faibles subsistent
Parallèlement à la sécurité incendie, de nombreuses autres mesures ont été prises. Des serrures antivol à carte équipent toutes les chambres, l'accès du personnel est contrôlé par cartes magnétiques, etc. Malgré toutes ces mesures, il reste des points faibles auxquels sont confrontés la plupart des hôteliers: la formation du personnel et l'information à la clientèle.
Il est vrai que les 600 employés du Grand Hôtel participent chaque année à une journée d'information et de pratique, mais aucun exercice d'évacuation effective n'est envisagé par la direction et il est permis de se demander si une journée d'instruction est suffisante.
Pour ce qui est de l'information des clients, un plan d'évacuation est affiché au dos de chaque porte et un manuel, intitule «Pour votre protection et sécurité», récemment édité par la chaîne Inter-continental, est placé dans les chambres.
Ces mesures répondent à un minimum, mais elles ne donnent aucun moyen à l'hôtelier de savoir si la clientèle a fait l'effort de s'informer ou ne ra pas fait.
Monsieur Samama a lui-même relevé ces lacunes et pense qu'il revient au personnel, s'il est bien formé, de rendre la clientèle attentive aux diverses mesures de sécurité prises en faveur de tous. Malgré toutes les mesures prises au Grand Hôtel, Monsieur Samama a laissé entendre qu'il lui arrivait encore d'être tiré du sommeil par des cauchemars. A l'impossible nul n'est tenu...


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch