19 Octobre 2016  |  Sécurité
Publié dans Hotel Security Worldwide 01/1987

Les nouveaux aspects de la sécurité incendie dans les hôtels

par Werner Freiburghaus*

Cette présentation traite des nouveaux produits pour la protection contre l'incendie, leurs applications et leur intégration dans l'organisation de l’alarme. Ils incluent des caractéristiques qui les mettent pratiquement à l'abri des fausses alarmes.

Détection incendie: le bon choix
Dans les hôtels, un concept de protection contre l'incendie sans compromis est une nécessité rarement mise en discussion. Si, au-delà d'un certain facteur de risque, cette nécessité est vraie pour les systèmes d'extinction (tels que des sprinklers), elle a un caractère général en ce qui concerne les systèmes de détection d'incendie.
Pour des raisons économiques, les mesures de protection d'un h6tel devraient être assorties à ses risques d'incendie particuliers. Divers critères sont à considérer, de même que leur impact sur les mesures finales à prendre.

Fig. 1 Exemple de planification pour une surveillance totale
 

Le choix d'une protection totale ou partielle pour une zone donnée doit aussi être considéré. Ce point particulier porte souvent à discussion car, dans de nombreux cas, ce sont des raisons économiques qui semblent s'opposer a une surveillance individuelle des chambres d'hôte (fig. 1,2).
Cette réaction est souvent due à la crainte qu'il y ait un trop grand nombre de fausses alarmes. Il faut le répéter: les chambres d'hôte, avec leurs nombreuses sources d'inflammation incontrôlables, représentent un facteur majeur dans les incendies d'hôtels (23 %). La direction de l'hôtel, qui a une lourde responsabilité en matière de protection de ses hôtes et de son personnel, doit en être bien consciente. Des considérations purement économiques devraient donc être écartées.
Revenons au problème des fausses alarmes. Dans la plupart des cas, elles sont dues à des erreurs de manipulation et à un entretien négligé, plus qu'à la technologie de détection elle-même. On peut garantir un fonctionnement optimum du système pour autant que le type de détecteur, sa sensibilité ainsi que les emplacements ont été choisis judicieusement (fig. 3). Il faut également que l'entretien soit fait correctement. En même temps, un très grand nombre de fausses alarmes peuvent être évitées.
Le choix optimum et l'installation correcte des détecteurs doivent être complétés par une organisation de l'alarme adaptée aux besoins spécifiques de l'hôtel (fig. 4). Ces mesures ont été appliquées avec succès depuis plusieurs années. Sur la base d'un millier d'applications, le nombre moyen de fausses alarmes a pu être réduit à une fausse alarme par an pour 100 détecteurs.
Dans les chambres d'hôte, il est fortement recommandé d'installer des détecteurs avec un dispositif d'alerte intégré qui, en cas d'alarme, garantit que le client sera alerté sans délai. Aux Etas-Unis, en particulier, ces mesures sont exigées par plusieurs codes et ordonnances.

Fig. 2. Exemple de planification pour une surveillance partielle (non recommande pour des constructions nouvelles et pour des immeubles de grande hauteur, types C et D).
 

Pour de nouvelles constructions, il est recommandé d'utiliser des détecteurs «adressables» qui permettent de reconnaître et d'afficher l'emplacement de chaque détecteur. Un concept de liaison sans comble offre une souplesse extrême d'application (fig. 5). De plus, ce système permet la commande e la fermeture automatique de portes, de l'ouverture d'exutoires de fumées, etc. Comme le système est configuré en «boucle», alimentée par chaque extrémité, des coupures de la ligne peuvent être tolérées. Il en résulte une fiabilité sans précédent.
 
Fig. 3. Chambre d'hôte typique avec ses zones critiques.
 
 
Le bon concept
Le fonctionnement correct d'un concept d'alarme dépend fortement de l'entraînement et du sérieux du personnel de l'hôtel. Le détecteur à double critère, avec système de traitement différentiel représente une solution prometteuse partout où ces conditions ne sont pas remplies (fig. 6). Un tel détecteur consiste en un détecteur de fumée et un thermo-élément. Chacun fonctionne de manière indépendante et peut être adressé individuellement.
Une réaction du détecteur de fumée met l'organisation d'alarme susmentionnée en fonction et déclenche une pré-alarme. Si, d'autre part, un signal d'alarme provient du thermo-élément, l'alarme générale est déclenchée immédiatement. Pour cette raison, le thermo-détecteur a la même priorité qu'un déclencheur manuel ou qu'un contact sprinkler. Dans les cas où le feu se développe rapidement, p.ex. en cas d'incendie volontaire, les pompiers sont appelés immédiatement et il n'y a pas de perte d'un temps précieux. Tous les autres cas, tels que des feux couvants à leur état naissant, ou du fait de nuisances dues à la fumée de cigarettes, peuvent être réglés rapidement et efficacement par le personnel.
 
Fig. 4. Exemple d'organisation d'une alarme adaptée aux besoins spécifiques de l’hôtel.
 

Les nouveaux développements
Un autre concept de détection, très orienté vers le futur, a été spécialement conçu pour des applications dans des bâtiments de grande hauteur. C'est un système combiné de détection incendie, d'évacuation et de téléphone d'urgence.
Avec un faisceau de 12 fils, il est possible de surveiller totalement un bâtiment de grande hauteur quant à l'incendie et à la fumée, de commander un nombre quasi illimité de haut-parleurs pour déclencher une alarme sélective, ainsi que de commander des signaux avertisseurs et des systèmes de communication vocale par bandes enregistrées. Il est également possible de commander un réseau de téléphones spécial dédié aux pompiers en cas d'urgence. Le faisceau est lui-même sous contrôle, c'est-à-dire que chaque dysfonctionnement, court-circuit ou circuit ouvert est signalé comme un défaut.
Le système est basé sur des unités à microprocesseur (appelées transpondeurs) qui sont installées dans tout le bâtiment (typiquement tous les 3 étages). Les signaux des détecteurs d'incendie et les commandes de commutation des installations vocales et du téléphone sont transmis par un système de bus unique en boucle. Cette configuration lui permet de supporter des petites coupures ou court-circuits, c'est-à-dire que ces derniers ne pourraient pas causer une panne générale du système: une nouvelle dimension en matière de fiabilité de la détection incendie.
 
Fig. 5. Exemple d'une installation de détection d’incendie a identification individuelle en boucle fermée.
 
 
L'équipement central est généralement placé dans une salle de contrôle. Le terminal principal, le coeur du système, peut être complété d'un terminal CRT et d'imprimantes qui enregistrent tous les événements et fournissent toutes les instructions d'intervention. Ces instructions sont écrites en langage clair; elles peuvent être introduites via la console, permettant ainsi de garantir des informations constamment à jour en cas d'urgence.
 
Fig. 6. Détecteur a double critère.
 
Le développement des détecteurs a atteint un point où l'objectif n'est plus d'accroître leur sensibilité, mais de les rendre plus discriminatoires envers des influences trompeuses. Ils permettent tout spécialement de résoudre les problèmes de surveillance dans des salles hautes et larges. Un nouveau détecteur de flammes (p.ex. modèle S 2406), qui se caractérise par une extrême tolérance vis-à-vis des perturbations de l'environnement (telles que les spots lumineux et l'éclairage artificiel}, est néanmoins capable de déceler des incendies à leur stade initial à des distances jusqu'à plus de 27 m. Un nouveau détecteur linéaire de fumée ou détecteur à faisceau (p.ex. modèle S 2400) a des caractéristiques similaires et permet de surveiller des émanations de fumée jusqu'à des distances de 91 m (fig. 7). Il est aussi très sensible fiable et particulièrement adapté comme complément pour des détecteurs de flammes. Il s'utilise tout particulièrement pour la surveillance de centres commerciaux, de salles de bal et de grandes salles de conférences. Il est également recommandé pour des salles avec des plafonds d'une construction complexe ou de valeur historique.

Fig. 7. Nouveau détecteur linéaire de fumées ou détecteur à faisceau.
 

En résumé, les nouveaux produits pour la protection contre l'incendie permettent d'augmenter la sécurité, pour autant qu'ils soient utilisés correctement et que les interactions fonctionnelles et organisationnelles avec leur environnement aient été vérifiées ou, en bref, pour autant qu'ils fassent partie d'un concept global.
 

* El. lng., Manager Product Support, Cerberus Ltd. Männedorf (CH)


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch