19 Octobre 2016  |  Terrorisme
Publié dans Hotel Security Worldwide 01/1987

L’hôtelerie cible du terrorisme

par Bruno Dammert*

La «raison d'être» de l'hôtellerie est d'offrir des services. Elle représente un symbole du tourisme et des voyages. Qu'il soit en voyage d'affaires, en villégiature ou en vacances, le client recherche la paix et la tranquillité. Il exige ainsi beaucoup de l'hôtelier en matière de confort, de services et de qualité. Son impression générale, depuis le service jusqu'à l’hébergement sera améliorée par son sentiment de sécurité. Dans hôtellerie, la sécurité ne doit pas être qu'un simple slogan; elle impose, tant à la direction qu'au personnel des contraintes élevées.

Les dangers et les troubles viennent de partout
Dans un établissement hôtelier, le facteur de risque est influencé par l'état de la construction de l'immeuble et de ses équipements, mais plus encore par les changements fréquents et saisonniers du personnel et des extras, par les «hautes saisons» périodiques avec leurs atmosphères fiévreuses et leurs clients en provenance de tous pays et dont les modes de vie et les points de vue sont imprévisibles.
Les incidents les plus fréquents, sur la base d'observations pratiques sur plusieurs années, sont les suivants:
  • les incendies d'hôtel, dont 55 % se déclarent de jour et 45 % de nuit;
  • les accidents, qui touchent des clients, des membres du personnel et des tierces personnes étrangères à l'établissement;
  • des perturbations de l'exploitation, attribuables des influences étrangères ou à des actions subversives internes contre l'infrastructure;
  • des actes criminels, du simple vol jusqu'à l'effraction, l'agression, la pyromanie, le sabotage et les dommages à la propriété, aux attaques et aux actes de terrorisme.

Plus un établissement hôtelier est grand et diversifié, plus son infrastructure sera compliquée, de même que l'évaluation des risques et des contremesures.

Le terrorisme: une menace pour l’hôtel
Les observations pratiques, faites sur le plan international, démontrent une fois de plus. qu'il n'y a rien d'impossible. Tout est possible et a déjà été pratiqué une fois, d'une manière ou d'une autre. Les motifs des attentats terroristes contre les hôtels, le personnel, les hôtes, et les visiteurs, forment en quelque sorte une espèce de mosaïque dont on ne saurait dire où est la part du hasard. En ce qui concerne les risques et les contre-mesures possibles, voici quelques exemples tirés de la pratique.
De soi-disant «clients de l'hôtel » préparaient des explosifs dans leur chambre. Une explosion a eu lieu; l'un des terroristes a été blessé, un autre tué; certains clients en ont été les victimes innocentes.
Dans ce cas, une meilleure sélection des clients ainsi qu'une surveillance plus soutenue de l'hôtel sont des contre-mesures possibles.
Des attentats aux explosifs ont été perpétrés contre des hôtels, simplement pour exercer certaines pressions contre un pays, pour tenir à l'écart des clients en provenance de ce pays, ou pour provoquer des dommages importants à l'hôtel. Dans un premier cas, des «valises piégées » ont été placées à la réception lors de l'arrivée d'un groupe de touristes. Dans un autre cas. une voiture bourrée d'explosifs a été parquée directement à côté du mur de l'hôtel et son explosion commandée à distance.
Dans d'autres cas encore, des bombes ou des pièges explosifs (qui réagissent à la pression ou à la traction) ont été placés dans les infrastructures de l'hôtel, comme des moteurs ou des circuits électriques. Des paquets et des lettres piégés envoyés à l'hôtel ont explosé lors de leur ouverture.
Les mesures de protection consistent, en premier lieu, à en appeler à l'ordre à l’intérieur comme à l'extérieur du bâtiment. Par ailleurs, il serait utile de lancer une campagne destinée à attirer l'attention du personnel sur les problèmes de la sécurité et leur enseigner à reconnaître leur propre responsabilité envers la sécurité. Des mesures organisationnelles et des transformations structurelles de l'hôtel peuvent réduire sensiblement les risques. Pour les envois postaux en provenance d'expéditeurs inconnus.
il est recommandé de tenter d'identifier ce dernier pour en vérifier le contenu; si l'expéditeur est fictif ou non identifiable, ces envois devraient être placés en lieu sûr.
Des actes de terrorisme ou de sabotage peuvent aussi être commis de l'intérieur, par des employés ou des personnes engagés et payés à cet effet, ou par des membres du personnel mécontents qui agissent par vengeance. On peut citer le cas d'un portier de nuit qui a provoqué un incendie intentionnel dans la cage d'escalier en bois et qui, en même temps, a mis hors service les systèmes d'alarme incendie et d'évacuation. Plusieurs personnes ont été blessées, d'autres sont mortes. Dans de tels cas, la sélection du personnel est d'une très grande importance, ainsi que le climat de travail et la gestion du personnel.
Des actes criminels peuvent être dirigés contre des clients importants (VIP) sous forme de vols, prises d'otage, enlèvements, assassinats, chantage ou attentats aux explosifs. Il s'agit, le plus souvent de personnes qui sont habituellement très sérieusement gardées mais qui, pendant leurs vacances.
souhaitent se détendre. Elles deviennent ainsi des cibles faciles pour le terrorisme. Pour diminuer ce risque, ces clients devraient descendre dans un hôtel sous un autre nom ; le personnel de chambre devrait être sélectionné spécialement. Le client et la direction de l'hôtel devraient élaborer des plans pour sa protection personnelle.
Lors d'attentats contre des assemblées, des conférences ou des congrès, il peut s'agir d'actes criminels, de démonstrations politiques ou d'actes terroristes, généralement dans le but d'attirer l'attention du public sur des circonstances particulières, de répandre la crainte et la terreur, de faire pression pour que certaines exigences soient rendues publiques, etc. Pour réduire ces risques, les organisateurs doivent prendre des mesures préventives en sélectionnant soigneusement les invités et le moyen de les identifier. La direction de l'hôtel doit mettre en place des mesures de protection de l'immeuble, des
salles de conférences en particulier, ainsi que des mesures complémentaires en matière d'organisation et de personnel.
 
Menaces à la bombe et attaques aux explosifs
Le plus souvent, les menaces à la bombe sont annoncées très brièvement par téléphone. Il n'y a que peu de cas d'attentats à l'explosif qui ont été annoncés par des tracts distribués dans le hall d'entrée ou collés aux portes de l'hôtel. Les colis piégés expédiés par la poste sont assez rares.
En ce qui concerne les explosifs utilisés, ce sont généralement des explosifs militaires ou d'ordonnance, des explosifs civils ou des explosifs improvisés ou de sabotage.

Les systèmes d'allumage utilisés peuvent être:
  • pyrotechniques (activation mécanique ou chimique du dispositif d'allumage - allumettes, bougies, étincelles);
  • électriques (activation par fermeture d'un cercle de courant)"
  • mécaniques (allumeurs à percussion. à pression. à arrachage, à frottement ou mouvements d'horloge);
  • chimiques (déclenchement par des acides ou la combinaison de produits chimiques).

Lors d'attentats à la bombe, on trouve:
  • des lettres piégées qui explosent lors de leur ouverture (poids de 20 à 50 g);
  • des colis piégés qui explosent lors de leur ouverture ou à retardement au moyen d'horloges (200 g à 2 kg);
  • des cabas à commissions ou «attaché-cases» piégés (jusqu'à 2,5 kg) avec déclenchement à retardement au moyen d'horloges ou d'allumeurs cinétiques (qui se déclenchent par le mouvement);
  • des voitures piégées, généralement volées, placées à proximité de l'objet visé ; elles sont chargées de 50 kg et plus d'explosifs et l’explosion est provoquée électriquement (démarreur électrique), mécaniquement (par l'ouverture de la portière), à l'aide d'allumeurs temporisés ou d'allumeurs à distance;
  • des bombes camouflées, posées sur des bouteilles à gaz ou des extincteurs;
  • des armes explosives militaires, généralement volées dans des dépôts ou lors d'exercices (grenades à main. mines antichars, lance-mines, etc.);
  • des bombes improvisées avec un effet de fragmentation maximum (boîtes de conserve, tuyaux métalliques, bouteilles) remplies de grenailles métalliques ou d'aiguilles et de sable, dont la force explosive peut couvrir un rayon de 5 à 10 m.

Les bombes incendiaires sont généralement des «cocktails molotow». Les modèles «normaux», des bouteilles en verre avec un mélange de benzine et d'huile, sont lancés après que la mèche imprégnée ait été allumée. Les modèles «spéciaux» sont des bouteilles en verre remplies d'essence, fermées, avec à l'extérieur, une enveloppe contenant des produits chimiques; en se cassant, l'essence se mélange aux produits chimiques et s'enflamme immédiatement.
On a également découvert des bombes incendiaires à allumage temporisé (mouvements d'horloge. acides, mèches) ou à distance.

Menace à la bombe par téléphone: Comment réagir?
En période de calme, la téléphoniste, les employés de la réception, le portier de nuit, devraient être instruits sur les mesures à prendre en cas de situation critique.
Un enregistreur d'appels téléphoniques ì enclenchement manuel ou, encore mieux, automatique et un programme d'action spécial «menace à la bombe» se sont avérés très utiles. En se servant d'une check-list, il faut amener le correspondant anonyme à parler, afin d'obtenir des informations telles que:
  • Quand la bombe va-t-elle exploser?
  • Comment est-elle?
  • Quel genre de bombe est-ce?
  • Quel est le type de mécanisme d'allumage?
  • Pourquoi sommes-nous en fait visés?
  • Quel est votre nom, ou celui de votre organisation?

Il faut absolument insister sur le fait que des êtres humains sont dans l'immeuble et qu'ils pourraient être tués.
Conformément au plan d'urgence, le message de menace doit être transmis immédiatement à la personne responsable. Il ne faut pas oublier que chaque menace à la bombe doit être prise au sérieux, et ceci tant que le contraire n'a pas été prouvé.

Planification au concept de sécurité de l'hôtel
Il est possible d'éviter bien des dommages. Pour cela, il faut que les dangers puissent être décelés à temps et que les suites et les conséquences possibles puissent être évaluées assez tôt pour réaliser un système de protection efficace et économique.
Une analyse des points faibles, à l'intérieur comme à l'extérieur, permet de déterminer la «vulnérabilité de l’hôtel». Les mesures de sécurité et les mesures organisationnelles déjà en place doivent être examinées de manière critique.
 


Le concept décrit succinctement ci-dessous comporte des mesures préventives à intégrer dans un concept global de protection:

Protection de l'immeuble et de sa périphérie:
  • mesures constructives, mécaniques et techniques;
  • mesures organisationnelles (contrôle des personnes, des véhicules, contrôle d'accès, contrôle de l'entrée des marchandises, du courrier, etc.); - mesures au niveau du personnel (formation, mesures de sécurité et comportement en face de personnes suspectes ou d'objets non identifiés), surveillance de l’hôtel.

Organisation de la sécurité:
  • planification des mesures d'urgence et de protection contre les catastrophes;
  • «check-list» sur le comportement lors de situations particulières ;
  • plan d'engagement des forces d'intervention internes ou externes ;
  • feuilles d'instruction pour le comportement en face de situations particulières;
  • équipement de sécurité ;
  • plans de fouille ;
  • plans d'évacuation ;
  • contacts avec la police, les pompiers et les services médicaux.
  • personnel de surveillance.

Mesures personnelles:
  • désignation d'un chargé de sécurité;
  • création d'un état-major de crise, formation d'assistants et création d'une équipe d'intervention interne;
  • entraînement général et motivation du personnel, depuis la téléphoniste jusqu'au directeur;
  • mesures à prendre pour la protection des personnes;
  • mise en place d'une équipe de contrôle et de surveillance en périodes de risque plus élevé.

La sécurité pour tous
Seule la direction de l’hôtel est responsable de l'exécution des mesures de protection. Ces mesures de sécurité d'exploitation ont pour but de préparer l'établissement en vue d'un incident et d'éviter un incident particulier ou, s'il se déclare de limiter les dommages à un minimum.
Une protection efficace n'est cependant possible qu'avec la compréhension, l'appui et la collaboration des membres de la direction de l'h6tel.
Pour une entreprise hôtelière, une politique en matière de sécurité bien pensée et une mise en pratique conséquente des mesures de sécurité auront, à terme, plus de valeur qu'une publicité coûteuse.
 

* Security-Adviser Davos World Economic Forum. Winterthur (CH).


Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch